Ligue de l'enseignement de la Mayenne FAL 53

Le billet de la semaine par Michel Rose

Le mariage pour tous : une question de liberté et d’égalité.


Nul besoin de se marier pour vivre à deux ! Nul besoin de se marier pour concevoir des enfants ! Nul besoin de se marier pour s’aimer !

Le mariage relève d’un choix parmi d’autres possibilités offertes aux couples qui souhaitent vivre à deux, l’union libre (ou concubinage) et le PACS. Les couples hétérosexuels ont le choix entre les trois formes d’union, les couples homosexuels entre deux. La discrimination est flagrante et poser la question de l’égalité de traitement entre les couples au législateur ne devrait pas –à priori- susciter d’opposition de principe. 

Mais tel n’est pas le cas puisque ce débat du mariage pour tous cristallise des oppositions et des rejets comme ce fut le cas pour d’autres combats élargissant l’espace de liberté et d’affranchissement de l’individu face aux pesanteurs subies depuis des siècles (religion, famille, communauté…) : contraception, avortement, PACS… 

Si certains couples homosexuels veulent s’unir via un contrat qui lie plus étroitement les deux parties, c’est leur choix et pourquoi les en priver ? Et cela n’enlève rien par ailleurs à la valeur même du mariage civil !
Demander le mariage pour tous n’est rien d’autre que d’accorder la même liberté de choix aux couples, qu’ils soient hétérosexuels ou homosexuels. D’autres pays l’ont fait (Pays-Bas, Belgique, Espagne, Canada, Afrique du Sud…) et ils ne s’en portent pas plus mal.
Comme l’a écrit la sociologue Danièle Hervieu-Léger « Aujourd’hui ou demain, l’évidence du mariage homosexuel finira par s’imposer, en France comme dans toutes les sociétés démocratiques » (Le Monde 13/01/2013).
Quant à la procréation médicalement assistée et à la gestation pour autrui, le débat viendra à son heure. Chaque chose en son temps….

Michel Rose, Président de la FAL 53, fédération départementale de la Ligue de l’enseignement

Actu de la ligue

Un avenir par l'éducation populaire

Usep